La revue de presse « Pute à cliques »  de la semaine #1

La revue de presse « Pute à cliques »  de la semaine #1


Narines aux vents, l’écharpe autour du cou, je commence ma journée pianotant avec dextérité sur mon smartphone, avant de m’engouffrer dans une bouche de métro où les odeurs corporelles caramélisées succèdent à celles des pots d’échappement.

Cette déplaisante, mais ô combien quotidienne, expérience olfactive fait écho à mes pérégrinations sur Facebook ces derniers temps. Je suis saturé de publications qui semblent avoir été écrites pour aspirer les cliques.

Le Clickbait plus trivialement appelé « putes à cliques » perclus dorénavant nos balades sur Facebook. C’est à dire qu’il faut générer de l’engagement, ou du trafic sur le site, et que l’on sait qu’une paire de loch, du chaton ou une phrase du type « INCROYABLE, vous nen reviendrai pas de se qu’il va adveunir » a tendance à susciter la curiosité.

C’est un peu pénible. C’est aussi savoureux.

 

Vice, le Tarantino du clickbait

 

Les articles de Vice sont également vertueux.

Le média a très tôt compris l’intérêt de mettre en orbite son gonzo journalisme avec des posts Facebook Viagra effect pour les trolls et les excités du clavier. Ce qui a aussi l’effet de générer du trafic vers son contenu. Ses titres Kamoulox ne trompent pourtant pas le cliqueur. Provocateurs, clivants, les articles sont congruents avec les titres.

 

La presse « tradi » arpente les terrasses, bouquet de roses à la main

 

« Les gars, j’ai trouvé une nouvelle note sur mon sifflet à golbute, un mix entre animal cute et artistes morts depuis moins de 48h » - Jordan, 21 ans, Stagiaire Digital chez L’Express.

La Buzzfeedification est l’équivalent de l’ubérisation pour la presse. Après avoir essoré le thème des attentats sous tous les angles, le mois de janvier commence parfaitement. Après les morts successives de Lemmy, Galabru, Bowie et Rogue, c’est au tour de René Angélil de claquer. Va falloir que le petit con de stagiaire nous montre qu’il mérite ses 500 euros.

Heureusement, la presse régionale est à la rescousse de la vraie information.

 

La culture avec un petit c

 

« GQ est le magazine de référence en matière de style au masculin ».

Les gars perdent vraiment de l’oseille depuis qu’ils se sont fait faire la nique par les blogueurs mode. Du coup ils se rabattent sur de la merde encore plus merdeuse.

 

Buzzfeed, Konbini et le tiroir à popo

 

Like si té triste, partage si tu veux lécher c larmes.

 

La Cour des Miracles

 

On commence à toucher l’essence du clickbait, mais on peut descendre encore d’un cran, plus près de l’atome.

OMG ! Clique si tu veux savoir si l’enfant trognon a des gros chonch maintenant.

 

La crème

 

J’ai un peu de gêne à troller ce genre de chose, cela me fait l’effet de me moquer des segpas en leur vendant du caca de chiens dans de l’allu tout en leur disant que c’est de « la foudre » afghane.

C’est limite de l’art.

 

L’enchevêtrent des corps se fait plus pressant dans la rame de RER, me sortant de ma torpeur. Entre les râles d’exaspération, les « non, mais euh.. » et autres soupirs lourds, je croise la bouille goguenarde d’une blonde à lunettes. Je souris à mon tour. Putain, les gars qui créent les bannières de site de boule sont des génies.

Nichons


Nichons. Nichons. Nichons. Nichons.

Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons.

 

Nichons ? Nichons ! 

 

Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons.

 

 

Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons.

 

Nichons. Nichons.

 

Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons.

 

 

Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons.Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Jeu du FN. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons.

 

 

Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons. Nichons.

Nichons.

Jean-Marie toujours dans le game


Après GoT, Jean Neige et Logolas on teste aujourd'hui notre maîtrise de Photoshop sur Jean-Marie :
 

 

Merci Franck, Ben, Val et Axel pour l'aide ! Certaines de ces "créations" ne sont pas de nous et ont été piquées sur Twitter (@christopheconte, @AdrienDLPBR, @daronsmagazine, @laffargue, @tomcornebize)

Hommage aux lyrics incroyablement pourris de FAUVE

Hommage aux lyrics incroyablement pourris de FAUVE


On a deux passions dans la vie : faire de la merde sur paint et feuilleter Skyblog. Nous avons uni ces deux amours afin de sublimer les envolées lyriques de FAUVE - mais si, ce groupe de post slam rock slash electro slash rock qui donne envie, au choix, de s’enfoncer une crayon dans l’urètre ou de subir une tournante avec une bande de néonazis dans une cave de banlieue. Le résultat est flamboyant. Même si, soyons honnêtes, techniquement je n'y connais pas grand chose en art.
 

On a également mis toutes nos créations sur imgur.

Tu ne sais rien Jean Neige


Il y a de cela huit mois nous nous étions amusés à traduire et détourner la phrase 'you know nothing Jon Snow' (version alternative) tirée de la série Game Of Thrones. On avait ensuite supprimé "l'article" du site tout simplement pour libérer de la place sur nos serveurs tout en laissant nos réalisations sur imgur. En découvrant que 9gag nous a tout pompé sans nous citer, nous repartageons nos merdes :