Tuto beauté-cuisine : comment se faire un look Nuit debout avec un œuf, de la moutarde à l'ancienne et des restes de carbonara

Tuto beauté-cuisine : comment se faire un look Nuit debout avec un œuf, de la moutarde à l'ancienne et des restes de carbonara


Wesh wesh les amis !  Dites-moi, le gouvernement Macron vient d'être nommé, je brûle d’envie de proposer un look Nuit debout pour demander la démission des ministres ! Je souhaite mettre l’accent sur les yeux à l’aide de coquille d'œuf que vous devez appliquer quinze minutes sur chaque paupière. Il est très important d'avoir l'air fatigué mais concerné. Étalez ensuite de la moutarde à l'ancienne sur vos lèvres préalablement hydratées (n’hésitez pas à effectuer un gommage huile d’olive, miel, sucre pour enlever les peaux mortes en amont, si nécessaire). Enfin, trempez vos cheveux dans des restes d'une carbonara végétarienne. L'effet sale-décoiffé se marie très bien au sarouel !

Je conseille l'achat de produits bio-responsables sans gluten et non testés sur des animaux.

Ce look 100% "fait maison" est LA tendance du moment chez les insoumis puisque, selon une étude, les jeunes de moins de 30 ans ayant voté Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle sont plus de 73% à se considérer comme des adeptes du "do it yourself". Ce passe-temps s'avère assez contagieux car étant non seulement économique, il est également un réel remède anti-déprime, bien plus efficace que la pratique des bolas lumineuses.

Allez, on se retrouve vite place de la République pour de nouvelles idées de tambouille beauté !

 

Cet "article" est une parodie (comme nos vies), il n'est donc pas à prendre au sérieux. 

Un hippie fait le tour du monde pour apprendre à se connaître, il découvre qu'il n'est qu'une grosse merde

Un hippie fait le tour du monde pour apprendre à se connaître, il découvre qu'il n'est qu'une grosse merde


Avec les sous de son père, Clément, un étudiant en art du spectacle de 23 ans, a traversé le monde pendant six mois afin de découvrir son véritable moi intérieur. Il a été retrouvé en pleurs sur une plage de Bali après s'être rendu compte qu'il n'était au final qu'un immense trou du cul cachant sa médiocrité intellectuelle dans un sarouel bien trop grand, le tout en profitant de la situation financière de ses proches pour ne jamais travailler.

Cette clairvoyance lui est survenue en observant ses copains d'aventure, des maigrichons à poncho et cheveux sales reprenant Tryo à la guitare sèche en pleine rue afin de financer leur prochain billet d'avion.

Interrogé par un journaliste, Clément a affirmé :

 

"J'en ai marre de prétendre que seule une révolution culturelle peut mettre fin à la dictature de mon pays alors que je passe le plus clair de ma vie à dormir et manger des Doritos. Il est grand temps que je fasse quelque chose de mes journées, à commencer par aller chez le coiffeur."

 

Traduit de big-karma.com - cet "article" est une parodie (comme nos vies), il n'est donc pas à prendre au sérieux.

Spoiler alert : Emmanuel Macron meurt dans la saison 7 de Game of Thrones

Spoiler alert : Emmanuel Macron meurt dans la saison 7 de Game of Thrones


Sourires sur les plateaux, bouteilles de champagne dans certaines rédactions : ça avait bien commencé pourtant. Le “duel” du second tour était plié : petit passage à la Rotonde après les clins d’oeil goguenards devant les militants, les acclamations pour Brigitte et les brofists à Ruth Elkrief.
 

Mashallance et décadence du “Météore Macron”
 

N’en déplaise aux lecteurs des Echos, Macron va -peut-être - perdre, et ce ne sera pas tant la faute de Mélenchon que de sa propre incapacité à sortir du paradigme du vote automatique pour faire barrage au FN. La société a changé, et malgré la capacité des gens à payer dix euros pour visionner l'énième reboot d’un film déjà médiocre dans les années 1990, on la leur fait moins.

Fort de plus de huit millions de voix, le natif de la finance comptait sur le mythe du front républicain pour faire un GG no re à Le Pen fille. En même temps, n’est-ce pas ce que tout bon journaliste politique nous promettait depuis plusieurs mois ? Marine Le Pen perd contre n’importe qui, même Poutou avec son très street cred polo Rivaldi ! Emmanuel avait juste oublié que deux semaines c’est long quand on a le charisme de Jean-François Copé...
 

Le risque du hashtag #chokerdéçu en trending topic Twitter le 7 mai au soir
 

On n’ira pas voter Le Pen, mais on t’aime sacrément pas gars. T’es un peu l'exécrable rejeton qui a développé les mollets en courant à la récré pour éviter la boulette, mais qui est la seule alternative aux délégués de classe. On s’en branle que Noah ou Grand Corps Malade fassent un concert contre l’extrême droite. Nous ce qu’on veut, pour te donner nos votes, c’est que tu te fasses la truie comme dans l’épisode 1 de Black Mirror, pas que t’ailles faire semblant de négocier chez Whirlpool. On s’en branle que tu shootes dans un ballon avec tes Berluti, on veut que tu traverses Mantes-la-Jolie tout nu pendant que Brigitte secoue un grelot en criant “shame”.

Arrête tes bottle challenges, si tu veux notre voix, renonce à croire que tu te feras élire sur ton programme, mets de l’eau dans ton grand cru et fais acte de contrition.

Je ne sais pas, ce n’est pas les mesures “symboliques” et pas trop engageantes qui manquent. Cela permettrait surtout à Jean Bâton du Diable de glisser un bulletin Micron dans les urnes : la reconnaissance du vote blanc ou un truc qui se beugle depuis des mois dans la rue, par exemple. Accepte que le réflexe médiatico-pavlovien est cassé.

Frère, respecte-nous, respecte-toi, mange une crotte de nez de cheminot en direct sur TF1.

Logan à l’assaut des Internets

Logan à l’assaut des Internets


Gaulé comme un Gérard Larcher en cure de désintoxication, Logan est revenu pourrir nos écrans. Tel un Michel Fourniret velu et renfrogné, il trimballe une petite fille dans sa bagnole en poussant des râles de cerf en rut. L’occasion pour nous de voir un petit peu ce que le monde du net a fait pour rendre hommage à Wolverine, le plus classe et le plus crade des X-Men.

La parodie de la team The Warp Zone est une des dernières en date. Plutôt habitué à chanter divers génériques a capella, le crew a épinglé l’âge avancé de Logan. Coincé dans une maison de retraite, le grabataire se chie dessus aussi souvent qu’il perd la mémoire. Quelques années plus tôt, c’est la chaîne Official Comedy qui s’occupait de son cas en le transposant dans un film de Woody Allen. Wolverine se posait alors des questions existentielles sur sa relation impossible avec Rogue, en oubliant bien sûr de mentionner sa prédisposition à sodomiser sa fille adoptive. Ayant dépassé les 50 ans depuis longtemps, Logan connaît quelques problèmes d’érection. Enfin de griffes érectiles. Pour résoudre ce problème, Nerd City a la solution, un traitement nommé Xialis qui ferait rougir d’admiration les laboratoires Servier. En revanche, aucun problème à signaler sur ses capacités reproductrices, comme le prouve l’adaptation porno Vivid signée Axel Braun des frasques du mutant. Pourtant, son entrejambe a été mis à l’épreuve lors de son Epic Split, orchestré par Kyle Roberts, qui repousse les limites fixées par Jean-Claude Van Damme et Chuck Norris… Et puisque c’est un animal avant tout, il était normal que Jawiin se demande quel était son cri, de la même manière qu’Ylvis s’interrogeait sur celui du renard.

Côté mash-up, The Woodcreek Faction a mixé les images du film de James Mangold avec le générique de Miami Vice, sans que personne ne sache vraiment pourquoi. Cette tentative anecdotique n’arrive bien sûr pas à la cheville du remix sous ecstasy du VJ Eclectic Method, ni même d’une fusion du mutant avec un hamster.

Les inventeurs fous qui pullulent sur la toile se livrent quant à eux un combat sans merci pour savoir qui reproduira les meilleures griffes d’adamantium. Outre celles créées par le taré britannique Colin Furze, on peut noter l’effort louable du Hacksmith, même si sa création paraît moins utile qu’une matraque de CRS lors d’un contrôle de routine. Le forgeron de la pop culture Man at Arms, lui, s’est imposé comme défi de forger une paire de griffes aussi belle qu’efficace, et plus récemment, les finlandais d’Hydraulic Press Channel ont apporté leur contribution à la promotion du film en testant la résistance de cette arme sur leur presse hydraulique. Toutes ces créations, aussi récréatives soient-elles, paraissent bien pâles face au découpeur à viande que propose le site ThinkGeek…

Chez les nerds convaincus, on ne plaisante pas avec le vieux Logan. Bat in the Sun s’est demandé qui pouvait battre le X-Man réputé invincible, et lui a fait combattre Predator et Wonder Woman pour connaître la réponse. Burger Fiction nous dresse de son côté l’évolution de Wolverine sur ces 35 dernières années, alors que Mr Sunday Movies décompte les meurtres perpétrés par le mutant dans ses films. Le supercut de Screen Junkies focalisé sur ses griffes ne fait que rajouter une raison à des centaines d’autres pour comprendre le geste de ce jeune américain, qui a agressé son colocataire avec une réplique de l’arme favorite du héros Marvel.

Si le film récemment sorti retrace les dernières heures de Wolverine, on peut espérer qu’il continuera à inspirer les internautes pendant de nombreuses années. Nous ne sommes de toute façon pas à l’abri d’un reboot de ses aventures avec un millenial en rôle titre, une barbe de hipster à la place de ses favoris grisonnants.

Maxime Barbier, CEO de MinuteBuzz et gourou gogole sur LinkedIn

Maxime Barbier, CEO de MinuteBuzz et gourou gogole sur LinkedIn


Que vous suiviez ou non MinuteBuzz sur Facebook, vous avez forcément vu l’une de leur publication sur la plateforme.

Eh oui.

Tout le monde a un(e) pote un peu raté(e), un peu à côté de la plaque, qui n’a jamais vraiment compris Internet. Le genre qui partage les chaînes sur son mur Facebook du type  :

 

«En réponse aux nouvelles lignes directrices Facebook je déclare que mes droits d'auteur sont attachés à l'ensemble de mes données personnelles(...) Pour une utilisation commerciale de ce qui précède mon consentement écrit est nécessaire(...) »

 

Ou encore à afficher crânement sa profession dans sa description : “boss” chez Facebook ou à la CIA, le plus souvent.

Tout le monde a donc un ou plusieurs patients zéro qui, par leurs saloperies d’interactions avec les publications de Minutebuzz, font apparaître ce contenu au mieux OLD, au pire pénible, sur son fil d’actualité. Si vous vous en tirez, il reste les très mongoloïdes Demotivateur, Topito et autres variantes de la syphilis du contenu. Après tout, rien de gênant à ce que chacun trouve un média congruent avec ses aspirations culturelles, des gens vont bien au meeting de Macron un dimanche.

Oui mais non.

 

Minute Buzz, du billet de blog sponsorisé non déclaré à la pub déguisée sur Facebook

 

Au premier abord, le talent de Minutebuzz, c’est d’avoir anticipé la fainéantise du quidam (ou plutôt de pondre une version française de Buzzfeed), en agrégeant sur un site et sur Facebook (sa source majoritaire de trafic), le contenu qui était éparpillé sur le web et commençait à susciter l’enthousiasme. Mais le vrai talent du site et de ses créateurs est d’avoir compris que la paresse de son audience se doublait de sa propension à se faire traire.

Une fois qu’on entasse les bovins dans la pièce, nourris aux contenus gratuits (car volés à leurs créateurs trop petits pour se défendre, ce qui dispense apparemment de demander l’agrément pour une réutilisation), il s’agit de faire du biff avec. Loin d’avoir les muscles - cérébraux - de l’animal élevé en plein air, on peut discrètement leur glisser, sans les avertir, du contenu sponsorisé par des marques.

Malinx le lynx

Un petit commentaire Maxou ?
 

 


On est d’accord, c’est pas classe de s’essuyer la teub dans les draps après une sodomie à la Baupin. Surtout quand les victimes sécrètent naturellement leur propre GHB.

Facebook a toutefois très vite compris qu’en sus d’être un réseau social déjà bien musclé, son audience était mûre pour la version social media de la ferme des milles vaches. Facebook a donc coupé la valve à zozos qui se déversaient sur les sites d’infotainment en pénalisant les contenus non natifs (les liens, mais également les vidéos YouTube), au profit du natif (vidéos et photos téléchargées directement sur la plateforme). L’objectif ? Retenir l’utilisateur sur Facebook, augmenter le temps passé sur la plateforme mais surtout forcer les marques à acheter des données. Mashallah.

Fermier besogneux, Max la débrouille a compris qu’on ne luttait pas contre l’hypermarché. Faute de trafic, Minutebuzz a fermé boutique et s’est uniquement concentré sur les réseaux sociaux. Ce couac nous aura au moins offert un véritable coup du sombrero du bullshitting de la part de Maxime Barbier et une des premières prises de parole du néo gourou.

 

 

On parlera ainsi plutôt de “transformation”, de “mutation”, de “vivre avec son temps”, plutôt que de simplement dire que Facebook a fait une coupure d’eau. Le nouveau business model tient sur un timbre poste : vendre son audience Facebook de futurs Prix Nobel sur les plateformes à des marques habituées à diffuser leur publicité pendant la coupure pub d’Hanouna. Pas trop dépaysant. On passera sous silence l’achat et le matching de page Facebook pour créer ex nihilo des bassins d’audiences sur une thématique comme la nourriture, thématique facile à vendre à Nutella, Coca et Oreo.
 

 

Ou de l’affiliation sur Amazon.

 

 

S’en suit une prise majoritaire de TF1 assez logique, qui n’est d’ailleurs pas le dernier à demander du rab quand il s’agit de vendre du temps de cerveau disponible.

 

 

Savoureux quand on revoit la présentation de la “mutation” MinuteBuzz.

 


Such modernism, much innovation. Pour faire court, au lieu de faire un billet de blog sponsorisé maquillé (ce qui est so 2010), on fait une vidéo sponsorisée, déguisée elle aussi, en insérant le produit de la marque reprenant les codes des contenus non sponsorisés.

 

source


Le slide me permet de faire la transition entre le contenu mongoloide (un minion qui dab, rly?) “produit” par Minutebuzz pour plaire aux millenials et le novlangue managerial servi à ses semblables.
 

Gourou du management et novlangue gogole


Attention, instant GOLD :

 Maxime Barbier “mute” et fait de son arrivée sur LinkedIn un évènement - ce qui semble la suite logique de l’histoire, vu que le réseau social professionnel se transforme de plus en plus en cour de récré pour quadragénaires ayant passé leur vingtaine à faire plus de power point qu’à baiser. Maxime nous offre ainsi par son inégalable capacité à rendre malaisant tout ce qu’il touche, un bon objet d’étude de la novlangue managériale, caractéristique du trentenaire qui a passé, lui, sa vingtaine à baiser plutôt qu’à lire des livres.

Dans 1984, George Orwell dépeint un totalitarisme enraciné, dont la transformation continue de la langue par sa simplification aide au contrôle de la population. La réduction de la langue se fait en supprimant notamment les mots négatifs, en essorant le vocabulaire et surtout les concepts avec lesquels les gens réfléchissent. Cette annihilation de la capacité à penser supprime du même coup toute contestation de la réalité, cette même réalité ne pouvant être appréhendée qu’au travers de cette langue merguez. On utilise aujourd’hui l’expression novlangue dans le langage courant comme un synonyme de langue de bois, d’un jargon professionnel euphémisant ou encore d’un enfumage à coup d’anglicisme.

Bourdieu, my man, expliquait ça plus proprement :
 

« J’ai été frappé de me heurter au fait que les mêmes interlocuteurs qui, en situation de bavardage, faisaient des analyses politiques très compliquées des rapports entre la direction, les ouvriers, les syndicats et leurs sections locales, étaient complètement désarmés, n’avaient pratiquement plus rien à dire que des banalités dès que je leur posais des questions du type de celles que l’on pose dans les enquêtes d’opinion — et aussi dans les dissertations »

 


Qui peut être contre le bonheur ?

 

Toi aussi, libère le management dans sa prise de décision !

 

 

Une bouée coûte moins cher qu’un jour de rtt par mois.

 

Quand tu fais du biff sur le dos des idiots, il vaut mieux que ton directeur financier partage tes valeurs.

 

Qui sont-ils, en effet.

 

 

Maxime Barbier, futur ministre de l’éducation du gouvernement Macron ?

 

Le rôle de lucarne vers l’information de Facebook (le réseau servant de plus en plus de fenêtre agrégeant une partie de nos canaux de communication avec nos relations, le fil d’actualité agrégeant quant à lui les articles médias, du contenu divertissement et les événements en tout genre) appauvrit déjà la capacité des gens à naviguer librement sur le web, quand beaucoup d’internautes ne se donnent quasiment plus la peine de sortir des grandes plateformes. Quand on rajoute le rôle des algorithmes qui, en fonction de nos agissements (interactions, clics etc), nous filtrent ou nous poussent du contenu, les pauvres hères qui suivent ces pages de trépanés, subissent un fort déterminisme à le rester.

Certains diront que le contenu sponsorisé est facilement décelable, mais quand on sait qu’une étude de Stanford avançait que 80% des étudiants ne distinguait pas le contenu sponsorisé (pourtant labellisée comme tel) d’un article classique, on peut fortement remettre en cause la capacité à déceler ces cochonneries.

 

 

Maxime Barbier et le “Groupe Média” Minutebuzz, par leur stratégie de transposition de la publicité native (les articles sponsorisés doivent dorénavant le mentionner) à la publicité native sur les grandes plateformes (non régulée s’agissant du droit d’information aux audiences), sont aussi modernes avec leur pute audience qu’un proxénète yougoslave qui remplace la confiscation de passeport et les beignes par l’héroïne et les beignes.

Minutebuzz est l’entreprise de proxénétisme de la culture web “la plus heureuse du monde”.

La fanzouze connection de Cyril Hanouna

La fanzouze connection de Cyril Hanouna

Peu de personnalités ont fait parler autant que Cyril Hanouna cette année. A la limite, Donald Trump pourrait rivaliser avec lui, mais il semble beaucoup moins dangereux que l'inénarrable Baba. Il est considéré comme l'animateur beauf par excellence, comme le fut Patrick Sébastien à la grande époque et pourtant, lui casser du sucre sur le dos est devenu très commun. Le fait de se plaindre de la tenue de son émission est devenu si banal que bientôt ce sera beauf de le faire. Aujourd'hui, on ne sait plus s'il faut l'ignorer ou lui cracher à la gueule. Perso, je ne me pose pas la question, je n'ai plus de salive.

Ce que l'on ne peut nier c'est l'aura de ce type. Jamais une gerbille n'aura autant été vénérée. La communauté de fans d’Hanouna est si immense et si unie qu'elle a même un nom : la communauté des fanzouzes. Le fanzouze est peu curieux, n’aime pas la méchanceté ni l’hypocrisie et pense dur comme fer que la pauvreté c’est mal. Fort de ces qualités, il n'hésite pas à ouvrir sa gueule, notamment sur Twitter, que ce soit pour donner son avis sur la couleur du string de Miss Clito 2011, ou pour dire "oui" à la question "Aimez-vous la télé ?". Ce qui frappe dans un premier temps, c’est le nombre d’aficionados que l’animateur a réussi à mettre derrière lui et ce n’est pas anodin si certains les qualifient d’armée.
 

 

On devrait les envier tant le bonheur tient à peu de choses pour eux. En effet, qui a besoin d’une prime ou d’une nouvelle voiture quand Dieu se permet de nous suivre ?
 

 


Allons donc faire un petit tour au pays des fans de Cyril. Cette charmante demoiselle au CV impressionnant doit avoir beaucoup de créneaux dans son agenda de ministre tant elle tweete en rafale. Cela touche tellement la production de l’émission que celle-ci ne prend même pas la peine de corriger les fautes d’orthographe quand elle diffuse les tweets de la dame.
 

 

Et que dire de cette championne ?
 

 

 


Raide dingue de Cyril Hanouna, elle lui envoie des bisous par milliers. Espérant une attention de l'animateur, elle ne désespère pas, malgré l'absence de retour de celui-ci. Elle laisse même entendre qu'elle le côtoyait de très près par le passé, et que, depuis, le trublion de C8 la délaisse comme on abandonne une vieille morue qu'on a baisée d'une mi-molle peu convaincue.
 




 

L'agacement augmente au fil des messages sans réponse, au point que la fanzouze interpelle carrément le paparazzi le plus détesté de France : Jean-Claude Elfassi. Ce dernier, conformément à ce que lui a appris son métier, n'hésite pas à se foutre de sa gueule publiquement, soulignant de manière tacite le physique difficile de la jeune femme et rendant ses dires peu crédibles. 
 


Elfassi est, tout comme nous, l'ordure de l'affaire. Le mec n'hésite pas à la jeter en pâture, la mettant sous les projecteurs, à la merci des trolls, fanzouzes extrémistes et autres enculés, tels que moi. Ses demandes de câlins répétées sont lancées comme des bouteilles à la mer, et face à son isolement, la pauvre se voit obligée de se rabattre sur les animaux des chroniqueurs, alors qu’ils n’avaient rien demandé.
 


Sérieusement, foutons la paix aux tifiens.