Benoît Hamon, le Philippe Douste-Blazy de la gauche

Benoît Hamon, le Philippe Douste-Blazy de la gauche
AUTEUR

Max Osti

PUBLIÉ

Le

Croyez-le ou pas mais Fier Panda a envie de vous parler de politique. Pendant longtemps, l’ursidé ne se considérait pas légitime pour le faire, mais BFM TV a bien un service culture, alors il n’y a pas de raison. Après avoir évoqué l'ordure Manuel Valls, le papa de la pub Kinder Macron et le dangereux Fillon, nous parlons aujourd'hui de Benoît Hamon.

Aujourd'hui je compte me coltiner le moins intéressant des candidats à l'élection présidentielle française 2017, c'est-à-dire l'animateur de MJC, alias le prof de djembé, alias le leprechaun, alias Dobby l'elfe de maison, alias Beubeu, alias Benoît Hamon. Quand je dis que c'est le moins intéressant, je veux moins parler du mec que du type de campagne qu'il est en train de mener ; parce que, regardez : Marine veut niquer des mères, sourcil-man crie au complot, Che gue-vin-rouge dit des gros mots et ponctue ses phrases par « les gens », ce qui à n'en pas douter séduira moult jeunes, Macron utilise des techniques de scientologue et de témoins de Jéhovah… Et Beubeu, il fait quoi ? Hein ? Ben il fait ce que tous les autres ont déjà fait un an plus tôt, il fout des coups de bêche dans le fumier pour aller chercher des soutiens. Pour l'instant, il n'a à peu près que Martine. Bon, au moins ça devrait suffire pour tourner un clip de trap ultra violente dans une cave de Chicago, mais pour devenir El Presidente, moi je vous le dis tout net : c'est cuit comme un Cohen en 43.

En vrai, j'ai de la peine pour lui, parce que je le vois un peu comme un mec qui a vu son parti décrépir au fil des ans, et qui s'accroche à ses premières émotions de jeune militant rocardien, comme une femme battue s'accroche aux souvenirs des premiers temps d'une relation. Je l'imagine pousser régulièrement des soupirs de nostalgie à l'évocation de la création d'un marché européen commun et des poignées de mains viriles avec les mecs du SPD (c'est censé être la gauche allemande, mais bon, la gauche, en Allemagne, c'est un concept, hein). 

Et, au-delà du fait que ce ne sera peut-être bientôt plus un problème, puisqu'il y a de fortes chances que le PS, tel un phénix d'excréments, ne renaisse pas de ses cendres, je dois vous dire que ce Benoît Hamon, je lui sens une vague odeur d'arnaque.
 

"Dès qu'il a vu qu'il baissait dans les sondages, il s'est mis à crever les pneus de l'ambulance Fillon"


Déjà, le côté rocardien : Michel Rocard, c'est un mec qui a clamsé l'année dernière, qui a été premier ministre dans les années 1980, et qui a failli être président à ce moment-là. C'est lui qui a inventé le RMI, par exemple. Mais c'est aussi un peu lui qui a fait en sorte que les gens comprennent qu'au PS on n'était pas des bolcheviques, qui a incidemment jarté les cocos de toute négo… Et, chose intéressante, le mec a fait partie des gens qui ont impulsé la traduction française des textes de Friedrich Hayek, un des inspirateurs du néolibéralisme. Bon en gros, si la gauche est devenue de droite, le gars a une responsabilité. Si je parle de ça, c'est parce que j'ai entendu Hamon dire plusieurs fois que Rocard c’était son mentor, tout ça, tout ça... Du coup, quand Beubeu vient me raconter qu'il a été un des mecs les plus à gauche de la primaire du PS, j'ai envie de lui dire qu'heureusement qu'il avait Manu en face pour qu’on puisse bien faire la différence entre lui et un dictateur de junte sud-américaine importé directement des années 1970 par Doc et Marty. Si ça n'avait pas été le cas, Beubeu, il n'aurait été rien d'autre que François Hollande en campagne il y a cinq ans.

Un autre truc aussi : ça m'a fait un peu chier de voir que, dès qu'il a vu qu'il baissait dans les sondages, il s'est mis à crever les pneus de l'ambulance Fillon. Un réflexe, sans doute. C'est d'autant plus con que la grosse majorité des badauds qui votent pour lui disent qu'ils le font pour son programme. Du coup après il a continué : « Oui non mais regardez, moi chuis quasi un des seuls qui sucent pas Poutine. Quasi. » Mais Beubeu, si Vlad ne t'a pas attrapé par la nuque, c'est parce qu'il pressent que le contact de tes petites lèvres sèches et pincées sur la coupole de son kremlin serait une deuxième perestroïka.

Voilà. Donc, tout ça pour dire que j'avais vraisemblablement pas grand chose à dire sur ce mec, simplement parce que, de base, j'en pense pas grand-chose. J'ai vu qu’il y avait une bande d'écolos du sud-ouest qui s’étaient barrés de chez Jadot, devenu soutien de Hamon… En gros ils disent à leurs boss et au boss de leurs boss qu'il faudrait qu'ils réalisent qu'à force d’être assis dans des sièges, ils sont devenus des sièges. Pour conclure, je dirais que Beubeu, c'est un peu Douste-Blazy, mais sans le charisme.

Du même auteur