"SuicideGirls n'est plus un site proposant une alternative aux critères classiques de beauté" - interview d'Alderaan

AUTEUR

Michel

PUBLIÉ

Le

Salut Alderaan ! Pour te présenter rapidement : tu as 22 ans, tu vis à Lyon où tu es cam girl et aussi modèle pour SuicideGirls. Sur ton compte Twitter tu te présentes comme féministe. En alliant nudité, pornographie et féminisme, te sens-tu proche d'une personne comme Lucie Blush - une des figures françaises du porn féministe ?

Je me sens proche de Lucie Blush dans le sens ou j'utilise le sexe pour faire passer un message féministe même si moi je reste devant ma petite camera en solo. J'ai d'ailleurs failli tourner dans un de ses longs-métrages cet été. J'ai encore du mal à me définir comme une figure du porno car à mes yeux, la cam reste encore très soft dans le sens où je ne suis pas obligée de me masturber, je peux juste rester devant mon ordinateur à discuter en pyjama ou en lingerie. 

Penses-tu qu'il est possible de faire des cams féministes ?

A partir du moment où je fais ce que je veux devant ma cam, je considère cela comme un message féministe. Je ne peux par contre pas te dire si une cam est plus féministe qu'une autre, cela reste très personnel et c'est difficilement reconnaissable. C'est ce que va penser la personne qui diffuse qui fait la différence. 

Essayes-tu de faire passer un message dans tes cams ou tes photos ?

Parfois oui, parfois non. Il m'arrive de parler féminisme pendant mes shows cam et étonnamment la plupart de mes viewers participent avec plaisir à ces discussions. C'est super plaisant de parler de harcèlement de rue et de machisme en petite culotte devant des personnes réagissant positivement à ces propos. Pour les photos, par contre, je ne revendique rien. C'est juste pour "faire bander", c'est bien aussi de ne pas chercher toujours un sens à quelque chose. C'est beau, c'est doux, je les partage sur mon Twitter et tout va bien.

Penses-tu que tes shows en cam ou tes photos nues participent à une avancée du féminisme ?

Oui. J'ai reçu des e-mails de filles me questionnant sur la cam car elles hésitent à se lancer, elles redoutent d'être considérées comme des "salopes" par des idiots bornés. Je me fais un plaisir de leurs expliquer à quel point il est bon de se réappropier son corps et de faire ce qu'on désire avec lui. J'ai aussi eu des remerciements sur le fait de donner une image si positive de la masturbation féminine.

Internet restant Internet, j'imagine que tu reçois pas mal de dickpics et autres messages bien merdiques de certains de tes viewers. Comment réagis-tu face à ce type de comportement ?

J'ai souvent des réflexions méprisantes ou irrespectueuses sur les photos que je poste, du genre "va te rhabiller, tu fais honte à la condition de la femme" ou " salut, belle poitrine, tu aimes le sexe ?". Cela me met hors de moi, je ne peux pas m'empêcher de répondre à ce genre connerie, puis de black-lister leurs auteurs. Je n'arrive pas à m'y faire et il est important de ne pas trouver cela normal. On n'a pas à subir ce genre de réaction.
À quel moment un type s'est posé la question de savoir si j'avais envie de voir sa bite ou si j'avais envie de parler de sodomie. Ouais, car ils demandent même pas, généralement ils rentrent cash dans le sujet, tu n'as pas ton mot à dire, vu que je suis à leurs yeux un simple "objet de désir". Il y a un curieux mélange entre haine et fantasme. Fantasme car ils me trouvent bandante. Haine car je rejette leurs requêtes. Cela les rend dingues. Ils s'attendent à ce que je dise oui à tout et c'est difficile de leur expliquer la notion de respect.
Je tente malgré tout de m'en tenir à la règle numéro un de l'Internet : "Don't feed the trolls" mais putain c'est pas facile.

Je le précisais en intro, tu es aussi modèle pour SuicideGirls. SG est, à la base, spécialisé dans les photos nues de filles ‘différentes’ : piercing, tatouages, cheveux colorés ... Toi-même, te sens-tu en décalage avec les ‘critères’ traditionnels de beauté ?

Pendant mon adolescence j'étais obnubilée par les critères classiques et surannés de la beauté. J'étais persuadée que si j'arrivais à devenir la femme parfaite que l'on voit dans les publicités, j'arriverais enfin à m'aimer et à couler des jours heureux avec mon petit ego. Résultat ? J'ai eu des gros problèmes alimentaires. Aujourd'hui j'arrive enfin à m'en fiche, je ne me laisse plus influencer par ces stéréotypes à la con.

En parlant de ça, avec l’émergence de Tumblr et ses TumblrGirls - Reddit et ses WildGirls ou encore le revival pin-up, SG semble devenir de plus en plus mainstream ces dernières années. Ne crois-tu pas qu’en tant que modèle pour SG, tu ne serais pas, au final, une représentation des conventions sociales actuelles ? Soit l’inverse de la volonté de base du site SG.

Au début de la création du site SuicideGirls, il y avait vraiment ce côté "décalé" que l'on ne retrouve plus maintenant. Pour commencer, les photos publiées étaient amateures, presque sales, mais spontanées ! Il y avait des filles rondes, des minces, des petites, des meufs avec des tattoos ratés, des crêtes sur la tête... Tout le monde pouvait devenir une SuicideGirl. Aujourd'hui la plupart des filles sur le site sont toutes grandes, fines avec des cheveux très longs et un joli petit minois. A mes yeux, SG n'est plus un site proposant une alternative aux critères classiques de beauté.

Poser pour SG ou faire des shows en cam ont-ils eu un impact sur ta sexualité ou sur la perception que tu as de ton corps ?

Mon rapport à la sexualité et à la perception de mon corps a totalement changé. Avant je ne pouvais pas m'envoyer en l'air à la lumière. J'avais peur d'avoir un rictus bizarre pendant l'orgasme puis, avec la cam, j'ai remarqué que certains venaient pour voir cela justement, pour me voir prendre mon pied. Certains payent pour ça, je trouve ça totalement dingue encore aujourd'hui. Je me suis rendu compte que je détenais une certaine "force", un "avantage" avec mon corps.

On termine par la question Elkabbach : "Alderaan, vous n'avez pas honte ?"

Honte de quoi ?

Retrouvez Alderaan sur Twitter, SuicideGirls et Instagram

 

Du même auteur