Le rachat de pages Facebook, stade terminal du réseau social

Le rachat de pages Facebook, stade terminal du réseau social

J'étais occupé à tranquillement hate-reader Maxime Barbier et les pages de la happiest start-up ever quand l'entrepreneur le plus visionnaire du XXIème siècle a donné une nouvelle justification au mépris que je lui accorde : la page FRAICHES, membre du réseau Minutebuzz. Avec trois publications en deux jours, elle cumulait plus d'1,6 millions de fans, dont 15 de mes amis qui n'ont pourtant jamais entendu parler de cette page. Trois possibilités pour expliquer cette curiosité :

  • Le contenu éditorial de cette page est d'une qualité rare, attirant les fans par centaines de milliers à chaque publication, c'est la preuve que le travail paie et mes amis m'ont menti.
  • 1,6 millions de missclicks. Ça peut arriver à tout le monde et MB a eu beaucoup de chance sur ce coup-là.
  • L'entreprise la plus heureuse du monde balance des biftons sur des pages Facebook bénéficiant d'une audience déjà forte.

À l'évidence, il s'agit d'un rachat de page qui a ensuite été renommée. L'intérêt principal de cette pratique étant de se soustraire à une contrainte terrible pour Minutebuzz : celle de proposer du contenu suffisamment intéressant pour aspirer du like. Smart. Et facile quand on a suffisamment d'argent.

Le rachat de pages Facebook n'est cependant pas un phénomène récent. Cela fait quelques années maintenant que des petits malins ayant créé des pages telles que "Pétition pour que le bac 2012 soit refait" ou "Se sentimen kan té juste avec lui…" - réunissant une armée de génies au moyen de citations inspirantes sur fond océan - se font racheter par des mecs qui ont troqué leur conscience contre un cerveau. Ces derniers se servent des pages pour partager des liens vers leurs sites afin de gonfler leurs stats et gratter plus de thunes auprès de leurs annonceurs. D'autres pages encore conservent leur indépendance mais vivent en se faisant payer pour gaver leurs abonnés de contenu sponsorisé, ce qui ne change pas grand-chose pour les pauvres fans qui n’ont rien demandé. La législation sur la publicité déguisée est à la traîne sur Internet, comme toutes les législations dès qu'elles doivent se confronter au cyberespace, du coup pour l'instant on laisse filer, de toute façon personne ne se plaint, les gens ont liké la page volontairement, non ?

Mais en ce qui concerne FRAICHES, le niveau de filsdeputerie est encore un cran plus élevé, puisque la page semble avoir été créée ainsi : nom, photo de profil et de couverture, sont conformes à l'URL, seul paramètre théoriquement inchangeable d'une page Facebook. Les likes, en revanche, sont bien présents, prêts à être abreuvés de vidéos faisant la promo de salles de sports et de fringues, sous couvert de niveau zéro de féminisme.

En continuant mes recherches, je suis tombé sur quatre autres pages au profil similaire, toutes membres du Minutebuzz Network, toutes presque vides. Bientôt sur vos écrans :
 


 

Ne vous inquiétez pas, cette pratique n'est pas réservée à MinuteBuzz, puisque d'autres pages qui tirent tout autant l'humanité vers le haut ont des faits d'armes similaires. Ainsi la page "Pensées de filles", membre du réseau de pages pour attardés Shoko, qui appartient lui-même à Melty, est un autre exemple : rachetée à la mi-Juin, son contenu affligeant n'a pas connu de hausse significative en termes de qualité. Il s'est simplement transformé en publicité cachée sous forme d'images sociales à fort potentiel de buzz, la page ayant parfaitement saisi qu'elle s'adressait à des hydrocéphales et adapté son contenu en conséquence. Mais la différence majeure reste qu’elle partage depuis son rachat des liens vers le site Shoko, site que je vous conseille si vous culpabilisez de l'état dans lequel vous laissez la planète aux générations futures. D'autres pages forment le réseau Shoko, mais je n'ai pas eu le courage de remonter suffisamment loin dans leur historique pour y trouver une trace de changement de ligne édito. 

Alors pourquoi l'URL et le @ de ces pages semblent-ils cleans ? Parce qu'elles sont le résultat d'une fusion de page, apanage des enculés de niveau supérieur. En effet, le saviez-vous, Facebook offre la possibilité de fusionner des pages, ce qui permet de concentrer tous les likes sur une seule d'entre elles. Evidemment, on peut choisir laquelle des deux conservera son @ et son URL. Ne vous inquiétez, Marky Mark a prévu tout un tas de règles pour éviter les abus. Mais pour que les administrateurs de pages ne s'inquiètent pas non plus, il leur a créé tout un tas de moyens de les contourner.

Selon Facebook, on peut fusionner deux pages si :

  • On est administrateur des deux pages. Facile pour des mecs qui ont assez de blé pour se payer des pages qui ont accumulé des centaines de milliers de likes en partageant des captures d'écrans de tweets demandant à leurs fans de tagger leurs potes.
  • Les deux pages portent des noms similaires et représentent la même chose. Mais cette condition, quand t'as déjà des millions de fans, tu t'en branles. Parce que Mark a besoin de ce genre de pages pour rendre son réseau cool et accessible aux jeunes, alors il ferme les yeux. Et ce genre de pages a besoin que Mark leur dise Amen, parce que sinon elles n'existent pas. Gagnant-gagnant. C'est le serpent qui se suce la queue.
  • Les deux pages ont la même adresse, si elles possèdent des emplacements physiques. Vous vous doutez bien que des pages comme la communauté "Jul Fan's" n'a pas rempli l'adresse dans ses détails.

Il suffit alors de créer une page qui a le nom, le @ et l'URL que vous souhaitez, la fusionner à celle qui a déjà 600 000 fans et c'est gagné ! Grâce à cette simple technique, ces pages parviennent à générer des millions de likes sans avoir à se fouler. Les CM les détestent ! Pour résumer, il y a huit ans vous avez liké "Supermytho", qui partageait des vieux memes dégueux, parce que vous vous reconnaissez dans cet humour fin et acerbe. Ne faisant pas le ménage dans tes Internets une fois que vous avez eu un cerveau fonctionnel, vous vous retrouvez aujourd'hui parmi les centaines de milliers de pigeons à liker la page "Hero", vertical ciné/séries de Minutebuzz, ce qui permet à Maxime Barbier de revendiquer la plus grosse communauté de France.

Mais, à la base les gens aiment les memes à la con, Maxime, pas une vidéo promo du film d'Eric et Quentin. Tant pis se dit-il, à partir de maintenant, ils participeront au succès et à l'excellence de la comédie française, et moi je prendrais de la thune là-dessus parce qu'il n'y a pas de raison.

Dernier petit détail, cerise sur le gâteau à la merde que nous prépare Facebook avec amour : la certification, dont toutes ces pages sont bien entendu dotées. Un macaron bleu qui sert initialement à :
 

« confirmer qu’il s’agit de la page ou du profil authentique pour cette personnalité publique, société de médias ou marque ».


La page L’écran de Shoko, par exemple, n’est donc pas une contrefaçon de marque, elle est authentique. Mais pas besoin du macaron pour le savoir, il suffit de réfléchir et de se rendre compte que c’est un nom beaucoup trop shlag pour que quiconque le réutilise. Tant pis, on certifie quand même. Ça fait bien, ça fait sérieux, ça fait venir des gens. Et ça va beaucoup plus vite de choper ce macaron quand tu connais bien monsieur Facebook ou ses sbires. Parfois, ça ne prend pas plus de trois publications et deux jours.

Mais peut-être qu'on l'a bien cherché avec notre Adblock.

Fermez la porte au capitalisme, il entre par la fenêtre. Comme notre intérieur ne lui plaît pas, il change le papier peint et il nous envoie la facture. De "utiliser vos intérêts pour définir votre profil et faire une publicité ciblée", Facebook est carrément passé à "choisir vos intérêts". C'est le niveau au-dessus de l'algorithme qui nous envoie ce qu'il veut, le niveau au-dessus des posts sponsorisés.

Facebook ne s'adapte plus, il nous adapte.

Du même auteur